[Sud-Ouest] Un carton plein pour les adolescents

Sud-Ouest, 23 juin 2011

Un Carton plein pour les adolescents.

Plus de 150 personnes, enfants, ados et adultes, ont participé hier à la réflexion autour de la violence.

La P’ti Tom Compagnie proposait du théâtre interactif. Photo S.J.

Ils y ont travaillé durant plusieurs semaines et le résultat est vraiment saisissant et esthétique. Hier après-midi, dans la grande salle du Cinémovida, une quarantaine d’adolescents des centres sociaux de la ville ont présenté la vidéo, fruit de leur réflexion autour de la violence et d’un thème global « des mots contre les maux ».

De la danse, du slam, un roman-photo, du modelage, des effets spéciaux… divers ateliers ont animé les mercredis des adolescents. Le hasard a fait que la restitution du travail venait deux jours après une actualité tragique : la mort d’une adolescente de 13 ans frappée par un garçon de 14 ans. Un cas extrême.

En regardant le petit film, l’adulte peut percevoir un bout des angoisses des ados et quelques bribes de leurs violences.

Mort, haine, mais aussi bonheur. Ce sont quelques-uns des mots qui ont inspiré les jeunes. Puis, une scène de fin qui ramène à l’essentiel, l’amour. On y voit une jeune fille rejoindre son amoureux, tout à sa surprise de la voir.L’écran s’est éteint et tout le monde a applaudi.

Le projet a été mené par les éducateurs de l’Aserc (six au début, trois à la fin faute de renouvellement de contrats aidés) : Catherine Bretaudeau, Benoît Forestier et Rachid Lasfar.

Spécialiste des ados
Après la projection du film de vingt minutes, amené à être utilisé dans des structures éducatives en guide de prévention, le public était amené à réagir à des saynètes mises en scène par la P’ti Tom Compagnies.

À l’aide d’un carton de couleur, chacun pouvait indiquer s’il y avait beaucoup, un peu ou pas de violence dans la scène jouée. Exemple : une jeune fille est assise sur une voiture en attendant sa copine. Le propriétaire s’en émeut mais la jeune fille persiste et devient agressive. Même situation : le propriétaire de la voiture la somme d’immédiatement retirer ses « petites fesses » de sa carrosserie et se révèle très, très lourd avec la jeune femme.

L’après-midi s’est terminé sur une intervention de la psychologue spécialiste des ados, Lydie Robin.

This entry was posted in Revue de presse. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>